SOLDES D'ÉTÉ du 27 juin au 7 août :  30% DE REMISE 
Découvrir les articles concernés
Path4480

Trésors de Venise

Legende tresor de venise

Fermer

Venise, 1268

Elle s’appelait Paola, elle était belle et le savait. Issue de la noblesse vénitienne, la jeune femme avait l’assurance de celles qui ne manquent de rien, l’allure altière et arrogante. Giovanni était un admirable jeune homme aux traits fins et élégants. De petite condition, il s’était vite passionné pour le verre et faisait son apprentissage chez maître Ballarin, de la verrerie du même nom.

Lorsque Giovanni avait aperçu pour la première fois Paola à l’atelier, il n’avait pu détacher ses yeux de la sublime apparition et en était immédiatement tombé amoureux. Il ne pensait plus qu’à elle : ses lourds cheveux bruns, sa bouche charnue, son regard noir et profond, sa peau dorée, l’arrondi de ses épaules. Chaque jour il espérait la voir, chaque nuit, il rêvait d’improbables scénarios.

Un jour qu’il était parvenu à lui avouer son amour, Paola avait ri. Le Carnaval battait son plein. Les rues étaient emplies de figures oniriques, de faux princes et d’arlequins. Tous étaient masqués créant la confusion des genres, un chaos de couleurs, un tumulte acoustique. Était-ce le loup coloré derrière lequel se cachait Paola qui lui avait donné ce courage qu’il avait aussitôt regretté ? Le rire moqueur et cristallin avait soudain couvert la musique et les conversations bruyantes des Vénitiens en fête et résonné longtemps dans la tête de Giovanni. Le jeune homme avait été plus sonné que s’il avait reçu un soufflet. Après un laïus acide sur ses nombreux et nobles soupirants, renvoyant au pauvre apprenti, l’image de sa modeste condition, la belle eut envie de s’amuser. Elle mit Giovanni au défi de créer expressément, un objet, témoignage de la passion qu’il entretenait pour elle. Puis elle s’en était allée, sans un sourire, dans un fracas de soie froissée. Lui se mit alors en tête de surprendre celle qui envahissait ses pensées. Il travaillait le jour pour son maître et créait la nuit. Il n’avait que quelques lunes devant lui.

Il façonna le plus magnifique pendentif en verre filé qu’on n’ait jamais vu, une sphère chatoyante et sublime aux couleurs mordorées. Le jour arriva où Paola devait revenir. Lorsqu’il entendit sa voix, il se précipita, un écrin noir à la main. Paola entra dans la boutique… au bras d’un élégant Vénitien. Au regard narquois que lui lança le bel aristocrate, Giovanni comprit que Paola s’était jouée de lui. Bien qu’elle aperçut la boîte en velours, elle n’adressa au jeune homme, ni mot, ni regard. L’air indifférent, elle traita une affaire avec Maître Ballarin. Giovanni s’effaça, dévasté. C’est là, dans une pièce isolée de l’atelier qu’il décida d’en finir. Paola ne l’aimerait jamais et s’était moquée de lui. C’était plus que l’amoureux passionné ne pouvait supporter.

Quand Paola revint quelques heures plus tard, curieuse de découvrir ce que le bel apprenti avait imaginé pour elle, le mal était fait. Elle reçut la nouvelle de sa mort comme un coup en pleine poitrine. Blême, elle demanda à le voir. Là, étendu au sol, gisait le magnifique garçon aux traits délicats. Sa main gauche posée sur le cœur, serrait encore de toutes ses forces évanouies, le petit écrin noir. Elle le retira délicatement et l’ouvrit, retenant sa respiration. Agenouillée près de Giovanni, ce qu’elle découvrit fendit son âme et fit exploser son cœur. Reposant sur un coussin de soie brune, un bijou d’une extrême beauté traduisait toute l’élégance, la singularité, le talent et l’amour d’un homme sincère. La jeune femme, jusque là si froide, s’effondra, consciente qu’elle était responsable de sa mort et certaine qu’elle avait perdu là, le seul homme qui sut véritablement l’aimer. À la stupeur des personnes présentes, elle posa sa tête sur la poitrine de Giovanni et pleura son chagrin durant de longues heures.  

On raconte encore dans les rues de Venise que la dame pleura bien après la fin du Carnaval, bien après que les masques furent tombés. On dit qu’elle pleura si longtemps sur son bijou adoré, que ses larmes finir par se transformer en diamants d’une rare pureté…

  • Bouton d’oreilles « Esprit Vénitien »

    Ces boutons d’oreilles au caractère raffiné sont sublimés par les nuances du quartz fumé. Ces couleurs chatoyantes valoriseront la chaleur de votre peau et accompagneront avec élégance chacune de vos tenues.

    1 200€ TTC

  • Bague "Légende de Venise"

    Cette bague aux couleurs subtiles est illuminée par l’éclat de la pureté de ces diamants. La fabrication de cette perle d’art en verre filé nécessite une technique rare, ancienne et complexe. Ces nuances chatoyantes varient au fils des heures et de la lumière pour sublimer la chaleur de votre peau

    5 200€ TTC

  • Bouton d’oreilles « Esprit Vénitien »

    Ces boutons d’oreilles au caractère raffiné sont sublimés par l’éclat de la nacre. Leurs nuances chatoyantes valoriseront la chaleur de votre peau et accompagneront avec élégance chacune de vos tenues.

    1 200€ TTC

  • Bague « Esprit Vénitien »

    Cette bague au caractère raffiné est sublimée par les nuances du quartz fumé et l’éclat de la pureté de ces diamants. Ces couleurs chatoyantes valoriseront la chaleur de votre peau. Elle deviendra la complice parfaite de votre quotidien ou une alliée incontournable pour faire votre déclaration d’amour.

    1 450€ TTC

  • Boutons d’oreilles « Esprit Vénitien »

    Ces boutons d’oreilles au caractère raffiné sont sublimés par l’éclat de la pureté de ces diamants. Leurs nuances chatoyantes valoriseront la chaleur de votre peau et accompagneront avec élégance chacune de vos tenues.

    1 980€ TTC

  • Pendentif « Légende de Venise »

    Ce pendentif aux couleurs subtiles est illuminé par l’éclat de la pureté de ces diamants. La fabrication de cette perle d’art en verre filé nécessite une technique rare, ancienne et complexe. Ces nuances chatoyantes varient au fils des heures et de la lumière pour sublimer la chaleur de votre peau.

    4 995€ TTC

  • Collier « Légende de Venise »

    Ce collier aux couleurs subtiles est illuminé par l’éclat de la pureté de ces diamants. La fabrication de cette perle d’art en verre filé nécessite une technique rare, ancienne et complexe. Ces nuances chatoyantes varient au fils des heures et de la lumière pour sublimer la chaleur de votre peau

    1 700€ TTC

  • Vénitiennes « Légende de Venise »

    Ces vénitiennes aux couleurs subtiles sont illuminées par l’éclat de la pureté de ces diamants. La fabrication de ces perles d’art en verre filé nécessite une technique rare, ancienne et complexe. Leurs nuances chatoyantes varient au fils des heures et de la lumière pour sublimer la chaleur de votre peau

    1 950€ TTC